Petits commerces de bouche et réseaux alimentaires alternatifs: un regard montréalais

Alexandre Maltais

Abstract


Cet article aborde les réseaux de distribution alimentaire alternatifs par une de leur leurs extrémités jusqu’ici négligée dans la littérature comme dans le débat public, les petits commerces de détail urbains. Ceux-ci se multiplient sur plusieurs rues commerçantes dans les grandes villes depuis quelques décennies, à la faveur d’un embourgeoisement de la population des quartiers limitrophes. Celle-ci entraîne une sophistication des préférences de consommation et favorise un repositionnement des petites entreprises commerciales vers des créneaux plus pointus, à l’abri d’une grande distribution en croissance. Sur la base d’une enquête de terrain de deux ans et d’une trentaine d’entrevues semi-directives réalisées auprès de propriétaires d’établissements commerciaux dont l’offre est entièrement ou partiellement composée de produits ou de services alimentaires, l’article examine les stratégies déployées par les commerçants pour se constituer comme alternatifs, les avantages d’un tel positionnement et les difficultés qui l’accompagnent. Producteurs et distributeurs alternatifs constituent ainsi deux maillons d’une chaîne qui ne peut donc être qualifiée d’alternative que tant qu’elle s’attache à se démarquer de l’univers de la consommation de masse.


Keywords


commerce de détail, distribution, alimentation, réseaux alimentaires alternatifs, petit commerce



DOI: http://dx.doi.org/10.15353/cfs-rcea.v4i1.189

Refbacks

  • There are currently no refbacks.